Accéder au contenu

Musée du feutre

Le musée invite régu­­­­­­­­­­­­­­­­­­liè­­­­­­­­­­­­­­­­­­re­­­­­­­­­­­­­­­­­­ment des artistes à présen­­­­­­­­­­­­­­­­­­ter leurs œuvres ; ainsi diffé­­­­­­­­­­­­­­­­­­rents aspects de l’art textile suisse, alle­­­­­­­­­­­­­­­­­­mand, autri­­­­­­­­­­­­­­­­­­chien, hollan­­­­­­­­­­­­­­­­­­dais, anglais ou scan­­­­­­­­­­­­­­­­­­di­­­­­­­­­­­­­­­­­­nave (et français, bien entendu !) ont été révé­­­­­­­­­­­­­­­­­­lés au public du musée.

Par ailleurs, depuis ses origines, le musée s’est affirmé comme un lieu d’ani­­ma­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion et d’ap­­pren­­­­­­­­­­­­tis­­­­­­­­­­­­sage. Aux salles d’ex­­po­­­­­­­­­­­­­­­­­­si­­­­­­­­­­­­­­­­­­tions s’ajoute un atelier où scolaires, mais aussi étudiants ou artistes réunis en stage, peuvent travailler le feutre.

La Yourte

Collec­­­­­­­­­­­­­­­­­­tion turque et d’Eu­­rope de l’Est

Les vestiges de feutre les plus anciens, datant d’envi­­­­­­­­­­­­ron 6 000 av. J.-C., ont été décou­­­­­­­­­­­­verts dans un village néoli­­­­­­­­­­­­thique turc. En entrant au musée, un court docu­­­­­­­­­­­­men­­­­­­­­­­­­taire permet d’ap­­pré­­­­­­­­­­­­hen­­­­­­­­­­­­der le feutrage à travers une tech­­­­­­­­­­­­nique turque parti­­­­­­­­­­­­cu­­­­­­­­­­­­lière qui utilise la propre sueur des ouvriers.

La collec­­­­­­­­­­­­tion orien­­­­­­­­­­­­tale s’ar­­ti­­­­­­­­­­­­cule autour d’une splen­­­­­­­­­­­­dide yourte anato­­­­­­­­­­­­lienne noma­­­­­­­­­­­­dique du XIXe siècle couverte de feutre. La collec­­­­­­­­­­­­tion est complé­­­­­­­­­­­­tée par de nombreux objets rela­­­­­­­­­­­­tifs au feutre qui proviennent tous de la même famille de Cappa­­­­­­­­­­­­doce.

La tradi­­­­­­­­­­­­tion des yourtes en feutre est aussi indis­­­­­­­­­­­­so­­­­­­­­­­­­ciable de la Mongo­­­­­­­­­­­­lie. Les collec­­­­­­­­­­­­tions du musée comprennent un magni­­­­­­­­­­­­fique tapis « syrmak », produc­­­­­­­­­­­­tion de la mino­­­­­­­­­­­­rité kaza­­­­­­­­­­­­khe du nord-ouest de Mongo­­­­­­­­­­­­lie.

A décou­­­­­­­­­­­­vrir égale­­­­­­­­­­­­ment, un costume d’ap­­pa­­­­­­­­­­­­rat de monta­­­­­­­­­­­­gnard polo­­­­­­­­­­­­nais en feutre brodé, et des gilets prove­­­­­­­­­­­­nant de Hongrie.

Nombreuses collec­­tions d’ar­tistes et de desi­­gners !

Un textile omni­­­­­­­­­­­pré­­­­­­­­­­­sent…

Une vitrine didac­­­­­­­­­­­tique permet de mettre en exergue les diffé­­­­­­­­­­­rentes utili­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­tions qui sont faites de ce textile dans le quoti­­­­­­­­­­­dien. Isolant, lustrant, absor­­­­­­­­­­­bant, on trouve le feutre dans des domaines aussi divers que l’élec­­­­­­­­­­­tro­­­­­­­­­­­mé­­­­­­­­­­­na­­­­­­­­­­­ger, la pyro­­­­­­­­­­­te­­­­­­­­­­ch­­­­­­­­­­­nie, la cris­­­­­­­­­­­tal­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­rie, la parfu­­­­­­­­­­­me­­­­­­­­­­­rie, et évidem­­­­­­­­­­­ment l’écri­­­­­­­­­­­ture avec le fameux stylo-feutre.

Deux vitrines témoignent quant à elles de la chapel­­­­­­­­­­­le­­­­­­­­­­­rie et de la pantou­­­­­­­­­­­fle­­­­­­­­­­­rie arden­­­­­­­­­­­naises.

Une boutique permet enfin au visi­­­­­­­­­­­teur d’ache­­­­­­­­­­­ter des souve­­­­­­­­­­­nirs feutrés, produc­­­­­­­­­­­tions arti­­­­­­­­­­­sa­­­­­­­­­­­nales des agents du musée.

L’hé­­ri­­­­­­­­­­­­tage des indus­­­­­­­­­­­­triels SOMMER

Mouzon est la dernière ville française à avoir connu la produc­­­­­­­­­­­­tion de feutre de laine. Cette indus­­­­­­­­­­­­trie mouzon­­­­­­­­­­­­naise a été intro­­­­­­­­­­­­duite par la famille Sommer. Alfred Sommer, fils de drapiers belges, s’im­­plante à Mouzon dans les années 1880. Après la première Guerre Mondiale, son fils Roger Sommer, pion­­­­­­­­­­­­nier de l’avia­­­­­­­­­­­­tion, déve­­­­­­­­­­­­loppe l’usine notam­­­­­­­­­­­­ment grâce à son véri­­­­­­­­­­­­table don pour la méca­­­­­­­­­­­­nique. L’usine connaît son apogée sous la prési­­­­­­­­­­­­dence de son fils François Sommer, qui a fait connaître les tapis Sommer dans toute l’Eu­­rope.

Peu à peu, le feutrage de la laine laisse la place à la tech­­­­­­­­­­­­nique d’ai­­guille­­­­­­­­­­­­tage, qui permet de créer des moquettes en fibres synthé­­­­­­­­­­­­tiques, moins onéreuses. A Mouzon, l’usine Faure­­­­­­­­­­­­cia perpé­­­­­­­­­­­­tue la fabri­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­tion d’in­­tis­­­­­­­­­­­­sés pour l’iso­­la­­­­­­­­­­­­tion auto­­­­­­­­­­­­mo­­­­­­­­­­­­bile.

Le Musée du Feutre conserve une chaîne indus­­­­­­­­­­­­trielle de feutrage au format ¼ qui permet de décou­­­­­­­­­­­­vrir les diffé­­­­­­­­­­­­rentes étapes de la fabri­­­­­­­­­­­­ca­­­­­­­­­­­­tion de feutre de laine, depuis le cardage jusqu’au ponçage du feutre et aux tests de résis­­­­­­­­­­­­tance.

Dates et Horaires d’ou­­ver­­­­­­­­­­­­­­­­­­ture

musée fermé à comp­ter du 15 octobre 2020



Retrou­­­­­­­­­­­­­­­­­­vez toute l’ac­­tua­­­­­­­­­­­­­­­­­­lité du musée sur Face­­­­­­­­­­­­­­­­­­book