Accéder au contenu
Actualité
Toutes les actualités

Vernissage de l'exposition Florence Baudin

Des amis du Musée de feutre ont bravé les intempéries pour répondre présents à l’invitation de la ville de Mouzon lors du vernissage de la deuxième exposition temporaire de la saison 2018. Le plus passionnant fut la visite commentée des œuvres par l’artiste elle-même et le jeu des questions-réponses qui s’ensuivit : l’inspiration, la technique ou l’histoire artistique de Florence Baudin.

Exposition visible (gratuite pour les Mouzonnais et leur famille) jusqu’au 4 septembre. A l’issue de la présentation, une des œuvres restera la propriété du musée.

Média importé

Florence Baudin vit et travaille à Montreuil sous-bois, en région parisienne. Après des études l’orchestration de bigbands aux USA, elle a étudié les Arts Plastiques à la Sorbonne, le dessin et la sculpture aux Ateliers des Beaux-Arts de la Ville de Paris. Elle enseigne le dessin, l’aquarelle, la peinture et le collage et expose régulièrement en île de France et en province. Au printemps 2017, elle a été l’artiste invitée de l’exposition « Vénus Vesper » commissariat de Marie Deparis-Yafil au Centre d’art de Mitry-Mory.

Florence Baudin s’est toujours inspirée de la matière feutre sans la connaître, et crée des œuvres en papier et en laine pour « imiter » le feutre. L’idée de cette exposition « A corps feutrés » est de mettre en regard ses créations en « feutre de papier » autour de la création d’une sculpture en « feutre de laine » créée pour l’occasion en s’inspirant des collections du musée.

Par cette démarche, le musée s’inscrit dans l’ouverture vers « les feutres » plutôt que « le feutre » et contribue à faire connaître et rayonner le feutre dans la création contemporaine.

« Je mets en scène le corps féminin dans une vision à la fois réaliste et fantasmée où vie et mort s’entremêlent. Je le présente sous l’angle d’une identité en mouvement dont les changements et les renoncements, comme autant de morts symboliques, sont le témoignage de la métamorphose de l’être. » affirme Florence Baudin.