Accéder au contenu
Actualité
Toutes les actualités

Un feu dans la nuit

Des flammes pour le solstice d'été...

La date réelle de la Saint-Jean peut varier de quelques jours puisque l'événement est lié au solstice d'été (nuit la plus courte de l'année dans l'hémisphère nord) qui tombe entre le 19 et le 22 juin.

solstice2

A l'origine c'est une fête païenne -c'est-à-dire non chrétienne- liée aux religions polythéistes puis intégrée au Christianisme comme Noël par exemple. Elle fut liée à des rites celtes et germaniques de bénédiction des moissons à venir.

Historiquement, l'Église a toujours eu un regard mitigé sur ces feux qui datent de la nuit des temps. Tantôt elle s'en sert pour organiser des processions et christianiser cette fête populaire à travers le culte de Jean-le-Baptiste, tantôt elle tente d'interdire les feux de la Saint-Jean comme "entachés de superstitions". Dans certains lieux, c'était donc le curé qui allumait le bûcher. Dans d'autres en revanche, c'était celui qui l'avait construit, ou bien le maire, le syndic, la personne la plus âgée du village, une jeune fille (les familles se battaient parfois pour que leur fille ait cet honneur), ou bien encore les derniers mariés de la commune…

Le bûcher de la Saint-Jean se pratiquait jadis à Paris, les autorités de la ville se chargeant de son organisation. Le feu était traditionnellement allumé par le roi de France en personne sur la Place de Grève (actuellement Place de l'Hôtel-de-Ville), coutume qui perdura jusqu'en 1648, date à laquelle Louis XIV officia pour la dernière fois.

La fête se pratique de façon différente selon les régions de France ou les pays du monde mais la danse et la musique font partie intégrante des festivités.