Accéder au contenu
Actualité
Toutes les actualités

Muguet de mai

La tradition de marquer le retour des beaux jours remonte à la nuit des temps

muguet 2020

Les Grecs, les Celtes par exemple offraient et exposaient divers végétaux en signe de résurrection de la Nature. Plus près de nous, la tradition « du mai » consistait à poser des petits arbres coupés devant les maisons où vivait une fille à marier. L’essence choisie était un code de valeur par rapport au caractère et à la vertu de la demoiselle !

Quant au muguet, l’histoire rapporte qu’en 1560, le roi Charles IX visita la Drôme où on lui offrit un brin de muguet. L’année suivante il en offrit aux dames de la Cour en guise de porte bonheur.

Si l'histoire du 1er mai remonte à 1886 où près de 350 000 salariés américains faisaient grève pour réclamer une journée de travail de 8 heures, déclenchant les fameuses émeutes de Chicago, le 1er mai devient officiellement la Fête du Travail en France sous le régime de Vichy en 1941. Le maréchal Philippe Pétain décrète le 1er mai comme "Fête du Travail et de la Concorde sociale", remplaçant l'appellation "Journée internationale des travailleurs" désignée par l'International socialiste en mémoire de la mobilisation de 1886. La fleur d'églantine rouge, qui était un symbole du 1er mai en 1891 arboré par les militants et syndicalistes, cède alors sa place au muguet.

Dans les années qui suivent, le 1er mai s'impose peu à peu comme un rendez-vous ouvrier, un jour de cortèges. Les manifestations du 1er mai 1936 marquent durablement l'imaginaire français. La journée se déroule entre les deux tours des élections législatives. Le 3 mai 1936, la coalition des gauches (SFIO, PCF, Radicaux et divers gauche) remporte le scrutin : c'est le début de la période de pouvoir du Front Populaire. Présidé par le socialiste Léon Blum, ce gouvernement ne tarde pas à adopter des mesures historiques pour les travailleurs, la semaine de 40 heures, les deux premières semaines de congés payés ou la reconnaissance du droit syndical.

Le 1er mai, un jour férié et chômé

Parmi toutes les fêtes légales reconnues par la loi, seule la date du 1 Mai est obligatoirement chômée pour tous les salariés, toutes entreprises et toutes catégories confondues. Les salariés sont donc dispensés de travail le jour de la fête du Travail. L’employeur n’a pas le droit d’exiger de ses employés qu’ils travaillent ce jour férié et chômé. Mais, de plus en plus, des dérogations sont accordées pour des entreprises et services qui ne peuvent pas fermer et cette notion s’étend de nos jours à des activités simplement commerciales. Un domaine respecte strictement la loi, celui de la presse : pas de journaux le 1er mai !

Cette fête va revêtit un caractère très particulier en 2020, avec du muguet rare et des défilés syndicaux virtuels ! Puisse le porte-bonheur agir très vite !