Accéder au contenu
Actualité
Toutes les actualités

​Les Echevins, c’est parti !

La société Hurpet est déjà intervenu sur le toit et la charpente de l’immeuble voisin des Echevins.

Peu à peu, divers corps de métiers vont se succéder : démolition-maçonnerie, enduits intérieurs et extérieurs, menuiseries intérieures et extérieures bois, cloisons-insonorisation, électricité, plomberie, carrelage, peinture et revêtement de sol, mise en place d’un élévateur pour personnes handicapées.

Il s’agit de donner, à ce restaurant réputé et de qualité, la chance de pouvoir se développer en permettant un accueil plus important. Les gérants ont relevé, pour la saison 2017, plus de quinze autobus qu’ils ont dû refuser, par manque de place. L’idée est donc d’agrandir la salle de restaurant, mais aussi les cuisines et les chambres froides, de permet l’accès à l’étage aux personnes en difficulté. Ce dernier point n’est pas une option, mais une obligation pour tout établissement recevant du public.

Parallèlement au restaurant que nous connaissons, l’établissement pourra offrir une formule « bistronomie », version plus rapide du menu, mais avec la même qualité de produits. Cette offre est intéressante pour des repas de midi.

La ville de Mouzon a la volonté de pérenniser et de développer l’ancien restaurant des Sommer.

Travaux Echevins 1

Histoire d'une maison "espagnole". Historique du restaurant « Les Echevins » à Mouzon.

1°- Texte de la plaque apposé sur l’immeuble : « Les Maisons Espagnoles - En 1650, Mouzon est une des villes fortifiées à la frontière du royaume de France ; les Bourguignons troupes auxiliaires des Espagnols assiègent la ville qui se rend après un siège meurtrier. Les Espagnols occupent donc Mouzon, mais trois ans plus tard les troupes françaises, sous la conduite de Turenne, reprennent la ville. C’est à cette période que les quatre maisons dites « espagnoles » ont été construites. »

Des études ultérieures à l’apposition de cette plaque, ont montré que ces maisons à colombages et encorbellements ont été construites sans doute au 16ème siècle, c’est-à-dire antérieurement à l’occupation espagnole ; un grand nombre de maisons de Mouzon étaient de ce type à cette époque : on en a une autre bonne représentation sur une carte postale du début du 20ème siècle nommée « La maison des Echevins » qui se situait, avant sa destruction en 1918, sur la rive droite du canal. C’est d’ailleurs ce que montre un panneau du « Parcours 1910 » apposé sur la culée du pont de la rue Porte de Bourgogne.

2° - Les transformations du 20ème siècle. Vers 1910, la première maison, celle qui fait l’angle, abritait un maréchal ferrant, comme on peut le voir sur une ancienne carte postale. Des familles mouzonnaises logeaient dans les maisons suivantes.

Vers 1950, les Etablissements Sommer achètent les deux premières maisons, les réunissent et après deux ans de travaux y installent le foyer des cadres de l’usine qui peuvent ainsi s’y restaurer le midi et y tenir des réunions. Ce mode de fonctionnement dura une vingtaine d’années. Puis M. et Mme Mouricq qui étaient gérants depuis quelques années, achetèrent le fond et le transformèrent en un restaurant ouvert au public sous la dénomination « La Maison Espagnole ». Les deux maisons suivantes furent également réunies à cette époque pour devenir ensuite « La Maison de la Presse ».

Le 5 mai 1986, le Conseil municipal de la commune de Mouzon « est informé d’une proposition de donation à la ville de Mouzon faite par Monsieur Pierre Sommer en vue de financer l’achat par la ville, de l’immeuble sis rue Charles de Gaulle dit « Maison Espagnole » (Donation comprenant le prix d’achat principal et tous les frais y afférant) avec obligation de mettre l’immeuble en location-gérance en vue d’y implanter un restaurant à caractère touristique ».

Lors de la réunion du 11 décembre de la même année, le Conseil municipal qui a donné son accord, est informé de la confirmation de l’achat de l’immeuble et de la licence IV. La même année Madame Jacqueline Sommer, veuve de Monsieur François Sommer, offrit la décoration intérieure comprenant tapisserie et tableaux représentant des scènes de chasse. Monsieur et Madame Mouricq ayant emmené avec leur départ l’appellation « La Maison Espagnole », la ville choisit le nom « Les Echevins » pour le futur restaurant. Après plusieurs mois de travaux et de recherche d’un gérant, un bail de 23 mois précisant le loyer annuel comprenant la location de l’immeuble, du mobilier et de la licence IV, est signé successivement avec plusieurs gérants. En septembre 1993, d’importants travaux de remise en état furent entrepris par la CAPED, qui lui a donné l’aspect d’aujourd’hui.

3°- Les gérants. Dès 1995, Monsieur et Madame Oudéa louent et gèrent, avec toute la rigueur et les qualités nécessaires, ce restaurant qui a acquis ses lettres de noblesse comme « restaurant à caractère touristique » voulu par le donateur et pour la bonne renommée de Mouzon.

En 2007, un nouveau couple talentueux, Monsieur et Madame Buffet ont repris le flambeau. Le chef a reçu la distinction de meilleur jeune cuisinier au guide Gault et Millau 2008.

Au printemps 2013, c'est au tour de Damien Hacquard et Julie Oury de prendre le relais… Eux aussi ont été distingués pour la qualité de leur travail, par le Gault-et-Millau dans le Trophée « Jeunes talents 2015 de Champagne-Ardenne », avec une toque décernée.